Presse

MA PRINCIPALE DIFFICULTÉ : GÉRER NOTRE FORTE CROISSANCE !

À tout juste 25 ans, Edouard Barthès, Président du Groupe EBS, s’est lancé avec succès dans l’efficacité énergétique et gère aujourd’hui un groupe de 50 personnes.

Vous êtes un tout jeune entrepreneur. Comment en êtes-vous arrivé là ?

Edouard Barthès : dans le cadre d’un BTS en alternance, j’ai travaillé chez Worex, une filiale d’Esso, à Albi. C’était en 2009, au tout début de la mise en place du dispositif des certificats d’économie d’énergie par l’État. C’est un programme qui oblige les fournisseurs d’énergie et les distributeurs de combustibles et de carburants à promouvoir activement l’efficacité énergétique auprès des consommateurs, qu’il s’agisse de particuliers, de collectivités ou de professionnels. Ils peuvent le faire soit en réalisant directement des travaux de rénovation énergétique, soit en les aidant à les financer. J’ai donc travaillé deux ans chez Worex où j’ai mis en place les premières offres avant de m’associer dans une structure qui travaillait pour un fournisseur d’énergies.

En août 2014, j’ai créé le groupe EBS. J’ai senti qu’il y avait un créneau car les vendeurs d’énergie et notamment les pétroliers n’avaient pas vocation et n’étaient pas organisés pour mener directement ces travaux de rénovation. Ils avaient donc besoin de s’appuyer sur des structures spécialisées.

Présentez-nous votre groupe.

E. B. : le groupe EBS est construit autour de deux sociétés complémentaires. D’un côté, EBS Énergie, notre bureau d’études qui propose des prestations de services en efficacité énergétique comme des audits énergétiques et des conseils en achat d’énergie. De l’autre, EBS Isolation qui est la structure de mise en œuvre avec trois métiers : l’isolation des combles, l’isolation des planchers et l’isolation calorifuge. Ce modèle intégré nous offre une grande rapidité d’exécution et nous permet de maîtriser l’ensemble de la chaîne. L’idée était de créer une véritable synergie des compétences en matière d’efficacité énergétique afin de proposer des offres globales et permettre à nos clients de n’avoir qu’un seul interlocuteur.

Concrètement, comment utilisez-vous le dispositif des certificats d’économie d’énergie (CEE) ?

E. B. : nos partenaires fournisseurs d’énergies nous délèguent leurs obligations. On récupère donc le montant des primes qu’ils proposent et on l’utilise pour faire des diagnostics et des travaux de rénovation énergétique auprès de nos clients. Grâce aux primes, ils se voient financer tout ou partie des prestations réalisées.

Qui sont vos clients aujourd’hui ?

E. B. : nous nous sommes développés à près de 90 % sur le marché tertiaire, essentiellement dans la santé (cliniques, hôpitaux, maisons de retraite…). Nous sommes aussi présents dans l’hôtellerie avec Accor. Le reste de notre chiffre d’affaires est réalisé dans l’industrie, notamment dans l’agroalimentaire et l’automobile.

Depuis janvier 2016, nous nous déployons également chez les particuliers. Ce développement est né de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte publiée l’été dernier et qui a imposé de nouvelles obligations d’économie d’énergie aux fournisseurs d’énergie au bénéfice des ménages en situation de précarité énergétique. L’objectif est de permettre à ces ménages de financer quasi en intégralité leurs travaux de rénovation. On compte 4 millions de ménages précaires en France. On a donc un marché colossal qui s’ouvre à nous. Nous avons déjà isolé 500 maisons depuis le début de l’année. Nous intervenons soit auprès des bailleurs sociaux, soit directement auprès des particuliers. On se concentre beaucoup sur l’isolation de combles qui nous apparaît comme l’opération présentant le retour sur investissement le plus intéressant.

Un an et demi après la création de votre groupe, quelle taille représentez-vous sur le marché ?

E. B. : nous sommes aujourd’hui 50 collaborateurs répartis sur toute la France avec 10 chargés d’affaires, une trentaine de techniciens et près de 15 personnes au siège. Nous avons réalisé 8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015 et prévoyons d’atteindre en 2016 entre 15 et 17 millions de chiffre d’affaires pour 70 à 80 collaborateurs. C’est une réussite collective. Le dynamisme et l’envie d’avancer ensemble ont été des critères essentiels dans le choix de mes collaborateurs. Partager une vision commune, fédérer tout le monde autour de notre concept sont les moteurs de mon entreprise.

Vos recettes contre la crise ?

E. B. : il existe plusieurs incitations fiscales et aides financières qui offrent des opportunités aussi bien aux particuliers qu’aux artisans. Elles sont de véritables accélérateurs de croissance. Mais les artisans commencent à prendre conscience que pour réellement en bénéficier, il faut qu’ils montent en compétences.

Quelle est la principale difficulté que vous ayez rencontrée ?

E. B. : avoir à gérer cette croissance rapide ! J’ai su m’entourer de personnes plus expérimentées qui me permettent de prendre les bonnes décisions d’investissement et le recul nécessaire pour consolider l’existant quand il le faut.

Vous êtes sur un marché très réglementé. Comment avez-vous adapté votre stratégie à cette spécificité ?

E. B. : nous avons un service juridique chargé de répondre aux appels d’offre et de faire de la veille réglementaire. Nous arrivons à avoir une bonne vision à 2/3 ans de l’évolution de notre marché et de notre activité. Mais mon principal enjeu à plus long terme est de réduire la dépendance de notre modèle aux CEE.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

E. B. : nous avons plusieurs sujets. En termes de métier tout d’abord, nous envisageons d’élargir nos activités aux systèmes de chauffage. Pour nous permettre de répondre à une demande croissante, nous réfléchissons également à créer un réseau d’artisans sous-traitants très qualifiés, recrutés selon des critères précis, comme par exemple la qualification RGE.

Enfin, nous souhaitons faire évoluer EBS Énergie en centre de formation avec un numéro d’agrément. L’objectif serait de délivrer des formations en économies d’énergie aux artisans. Nous pensons qu’il y a un réel besoin de formation et d’accompagnement des artisans du bâtiment pour faire face à l’évolution de leur marché.

Source : http://www.fidugar.fr/secteurs/btp/portraits/portrait?title=ma-principale-difficulte-gerer-notre-forte-croissance

LES DERNIÈRES ACTU

img_actus Actu
Salon H’Expo à Nantes

Le groupe EBS sera présent au salon H’Expo à Nantes du 27 au 29 septembre 2016 dans le Hall 4 Stand D15.

Vous pouvez consulter directement le site internet du salon : http://www.union-habitat.org/le-congrès.
...

En lire plus
img_actus Presse
MA PRINCIPALE DIFFICULTÉ : GÉRER NOTRE FORTE CROISSANCE !

À tout juste 25 ans, Edouard Barthès, Président du Groupe EBS, s’est lancé avec succès dans l’efficacité énergétique et gère aujourd’hui un groupe de 50 personnes.

Vous êtes un tout jeune entrepreneur. Comment en êtes-vous arrivé là ?

Edouard Barthès...

En lire plus
img_actus Presse
7ème édition du Prix Moovjee « Innovons Ensemble » : et les lauréats sont…

C’est dans l’enceinte parisienne du Trianon que le Moovjee et Retis ont accueilli près de 1000 participants pour la Remise du Prix Moovjee « Innovons Ensemble ». Un concours national qui récompense chaque année entrepreneurs et porteurs de projets de 18 à 26 ans.

« Les entr...

En lire plus
img_actus Presse
Qui sont les neufs jeunes entrepreneurs primés par le MoovJee ?

Chaque année, Le Prix Moovjee - Innovons Ensemble est décerné à de jeunes entrepreneurs et porteurs de projet de toute la France. Découvrez le palmarès 2016 !
Le Prix Moovjee - Innovons Ensemble est un grand concours national qui récompense pour la septième année consécutive de jeu...

En lire plus

L'AGENDA

img_actus Event
9 Mars 2016 à Paris : Finale du concours Jeune entrepreneur 2016

9 Mars 2016 à Paris : Finale du concours Jeune entrepreneur 2016 Ma Banque BNP Paribas & La Tribune : 40 finalistes, résultat le 4 Avril !...

En lire plus
img_actus Event
Challenge EBS

Samedi 20 Février, le CO rencontre l'ASM !...

En lire plus